Au pays du bébé obscur

Publié le 10 Juillet 2014

Au pays du bébé obscur

Hier, j'ai reçu mon amie bohème, avec ses deux enfants. Quand nous faisons nos premières armes dans le monde merveilleux de l'infertilité, on est un peu gnangnan (en tout cas moi je l'étais) : c'est tellement mignon! Oh il a fait caca le petit ange? Gouzi gouzi!!!. Hier, je l'avoue, je me suis dit à plusieurs reprises qu'elle n'avait pas vraiment tort quand elle me disait que ma vie avait un petit air de paradis...

Commençons par ma maison, parce que Carotte Ferjani, c'est moi. Le home staging, c'est mon hobby, la déco, ma façon à moi de faire mon nid à défaut d'avoir un utérus accueillant. Ma maison n'est pas DU TOUT adaptée à cette race qu'est le jeune enfant : tout est à portée de main (y compris mes orchidées vénérées, -mais chaque maman, je crois, avant de venir chez nous, doit bien les briefer sur le sujet, par peur de l'incident diplomatique, car aucun accident n'est recensé à ce jour... AMEN-). Et au delà de ce qui peut être léché, mâchouillé, cassé, et abîmé, il y a plein de dangers aussi : quand son grand saute de l'accoudoir du canapé vers la méridienne, mon coeur explose : j'ai peur qu'il se fracasse la tête contre le mur, déjà, et ensuite je pense à mon mac, juste à côté du point de chute. Avoir un enfant, c'est mettre son coeur à l'épreuve.

D'un coup, je réalise que mon mac ne peut peut plus rester dans le salon pour surfer à ma guise sur internet en me gavant de télé, que la table basse ne pourra plus être the place to be, car franchement, nous avons une table mais pour faire genre (pour recevoir du monde quoi). Que ça soit la table du salon, celle du jardin ou l'îlot de la cuisine, quand nous sommes seuls, nous n'y allons presque jamais. Nous sommes de vieux ados attardés, acte 1 (oui oui, mais qu'est-ce que c'est bon!!!).

Nous essayons de parler avec ma copine bohème (elle s'inquiète pour moi, je ne parle pas de nos problèmes et elle ignore que nous sommes en PMA) mais le plus grand a envie de parler aussi, et je réalise qu'avec des enfants, avoir une conversation, c'est compliqué. Surtout quand, comme moi, vous passez du coq à l'âne et perdez le fil de vos pensées en un rien de temps.

Alors qu'elle part chercher une compote dans sa voiture, elle me laisse les deux. Moi je vis ma vinaigrette ma vie, fais mon petit rangement, tout ça tout ça. Quand elle rentre à la maison elle s'exclame : "Mais où est Juliette?" (18 mois NDLR). Autant vous dire que si j'avais pu me planquer dans la poubelle, je l'aurais fait, parce que je n'avais non seulement aucune réponse à cette question, mais qui plus est la surveiller ne m'avait pas effleuré l'esprit. Ado attardée, acte 2.

Nous finissons notre journée par une virée chez Bébé vieux (chut chut pas de marques) où je n'avais jamais mis les pieds. J'étais passée devant, plusieurs fois, le coeur et les yeux embués face au slogan "le spécialiste du bonheur". Là j'y suis rentrée sans aucun problème, c'est même moi qui ai proposé à ma copine bohème de l'accompagner, car je pense qu'elle n'osait pas trop m'infliger ça. Victoire sur moi même acte 1.

Bah bébé vieux c'est trop mignon, je me suis attendrie sur TOUT (sauf les prix, même en solde!). Ca m'a fait bizarre aussi, ce monde parallèle, avec des tours de lit Moulin Roty et des petites combinaisons adorables. Le shopping c'est aussi ma seconde peau, et je me prise à imaginer quelle chambre choisir, regarder les gigoteuses... Je vous jure que je n'ai pas eu mal, j'ai fait comme quand je rêve que je gagne à l'euromillion et que je me pose plein de questions très rationnelles : est-ce que j'arrêterais de travailler? Est-ce que je ferais le tour du monde? Est-ce que je vendrai ma maison? Est-ce que je partagerais avec l'homme?

J'ai bien évidemment envie que mes petits champions fassent leur nid et vivre l'aventure de la maternité, même si le rêve confronté à la réalité n'est pas aussi glamour que dans mes pensées. Mais j'ai le sentiment aussi, qu'une partie de moi a grandi, qu'un cheminement se fait tout doucement dans ma tête : celui du deuil, le deuil de ma douleur, le deuil de ma colère. Comme un mécanisme de défense, comme une réalité que je ne rejette plus, mais que j'accepte. C'est rassurant d'aimer sa vie telle qu'elle est aussi, bien que la chambre d'amis reste vide. Victoire sur moi-même acte 2.

Tout ça est encore très fragile, parce que rien qu'a l'idée de ma prise de sang la semaine prochaine, mon coeur se serre. Mais j'apprends aussi à savourer les petites victoires comme elles viennent tout en acceptant que ma plus belle revanche ne sera peut être pas la semaine prochaine. Mais quand même, j'espère bien fort....

Rédigé par Carotte

Publié dans #Etats d'âme

Repost 0
Commenter cet article

Molkette78 11/07/2014 19:57

Terrible la pub !
Moi je ne doute pas de ta faculté à être une bonne mère ou non. De toute façon que tu te poses la question est bon signe non ? Et puis c'est l'enfant qui rend parent, donc tu verras avec lui quand il sera là (de toute façon il trouveras toujours quelque chose à te reprocher à son adolescence...)

carotte 12/07/2014 09:31

Je ne doute plus vraiment de ma capacité à être mère (cela fait peu de temps que j'ai compris que je ne serais pas comme la mienne, même si jh'ai conscience qu'elle a fait de son mieux avec ce qu'elle avait). Je prends conscience que ma vie sans enfants vaut la peine aussi (et ça n'a pas toujours été évident pour moi... Loin de là!). Je crois que c'est une façon comme une autre de me rassurer, de me protéger, pour accepter plus facilement ce que quoi je n'ai aucune prise... Plein de bisous Molkette, j'espère que tu vas bien.

Zapette 11/07/2014 08:26

Je t'imagine chez toi à t'inquiéter pour tout quand les enfants de tes amis sont là, ça me fait rire parce que mon mari est hyper maniaque alors il est pareil. Avec des belles orchidees partout ca doit etre l'horreur! On est quand même toujours contents de les voir partir les gosses des autres, on se fait bien à la tranquillité et au calme!
Des bisous miss Carotte

11/07/2014 08:30

C'est exactement ça. Tu as passe un bon moment mais... Tu es contents quand ils repartent, tu retrouves ton Caaaaaaaalme. Est ce que je chercherais a me convaincre que finalement ça n'est pas si chouette que ça? ^^

La Chouette 10/07/2014 16:32

Héhé, je me demande quelle tête a une ado attardée fan de home staging qui fait ses courses mentales à Bébé Vieux?
(moi aussi je me demande ce que je ferai avec tous mes millions. Je m'étais même construit un village mental dans un pays exotique quelconque, où y'aurait pas d'argent ni de crimes et où tout le monde serait heureux. Ça m'a pris des heures.)

11/07/2014 08:34

Je suis impressionnée par un tel altruisme la chouette, je peux venir dans ton pays exotique? Tu pourras nous payer un grand ponte et nous donner a toutes des bébés!
Quant a ma tête, je me lancerais bien dans une description mais comment dire... Si c'est la photo que j'ai donne a la Pma pour mon dossier, je suis sûre que l'appui de ce cliché affreux ils ont dit en staf : fragmentez a mort leurs embryons, ces gens sont trop laids pour se reproduire!
En vrai je dis souvent a l'homme que l'univers n'est pas près a accepter tant de perfection, et que du coup il nous met des bâtons dans les roues pour freiner notre descendance ^^
Je sais tant d'humilité, c'est beau :D

ILGC 10/07/2014 13:33

Trop chou cette pub ! J'l'avais oublié celle-là.
Toutes les petites victoires rassemblées en font des grandes !
Bravo.
Je vais prendre le temps de répondre à ton mail.
Et je croise.
Gros bisous

11/07/2014 08:34

Je ne la connaissais pas, elle est passée en France? Je la trouve géniale! Réponds moi quand tu pourras... J'espère que tu vas bien, je pense fort a toi. Plein de bisous

Miliette 10/07/2014 12:10

au pire, tu me fais don de ton mac !
tu vas faire une très jolie Maman chère Carotte, je n'en doute pas. Et tant pis si ya un peu de purée sur la table basse design. Tu la sortiras pour notre pot autour de la piscine.
J'espère que tu vas bien
des bisous

11/07/2014 08:38

Alors je te fais don de mon mac et je te vends un de mes triples =)
Merci pour tes compliments, j'avoue que je ne me projette plus, mais ça fait du bien de l'entendre (ça fait taire le petit démon qui dit : tu n'y arrives pas parce que tu seras une mauvaise mère).
Et puis si jamais, la purée sur la table basse ça ne sera pas demain (ah oui mais merde y'a le vomi :D ).
Plein de bisous Miliette j'espère que ça va....