Retour aux sources

Publié le 16 Août 2014

Retour aux sources

Hier je suis allée à un peu moins de 100km de ma maison ensoleillée (bien que très humide ces derniers jours ^^) pour aller là où j'ai grandi. C'est aussi là que vit une grande partie de ma famille : ma mère, mes grand-parents, une partie de mes oncles et tantes, et ma grand mère lumineuse : ma maman d'adoption, ma meilleure amie, ma bouée de sauvetage, mon refuge quand je ne sais plus où aller.

Nous voilà donc partis avec l'homme, orchidée à la main, déjeuner chez ma grand-mère-qui-n'en-est-pas-une : on doit l'appeler par son prénom, elle est tout le temps en talons et très coquette, souriante, légère, drôle, nature, cash, moderne... Bref, ma grand-mère-qui-n'en-est pas-une je l'adore... Après un après midi à rire et à parler de nos vies, j'ai décidé d'aller faire un tour pour voir ma maison (bien qu'elle soit vendue depuis longtemps) et les sentiers dans lesquels j'ai vadrouillé toute ma jeunesse. Ma maison a été vendue il y a 15 ans, quand après une guerre juridique de deux ans à compter les petites cuillères (et à ignorer nos larmes...) mes parents ont enfin divorcé. J'ai refusé d'assister au déménagement : voir MA maison se vider, la seule maison que j'avais connu (j'y ai vécu toutes mes premières fois...) m'était insupportable. J'y suis allée très souvent après ça, et à chaque fois j'ai pleuré, de longues heures, à l'idée que je n'avais plus le droit d'y entrer.

Je ne sais pas depuis combien de temps je n'y étais pas retournée : des maisons ont poussé, le château d'eau a été rasé... Mais elle, elle est toujours là. Différente, mais toujours là... L'homme a été conciliant, en acceptant de prendre les petits chemins de terre que je lui indiquais pour découvrir les endroits reclus où j'adorais m'isoler pour bouquiner, rêver ou tout simplement pour m'évader. Mais aussi des endroits remplis de souvenirs, comme celui de mon premier baiser ou de ma première cuite. Je n'ai pas pleuré, mais j'ai été envahie par un sentiment de chaleur, j'étais CHEZ moi, à la maison, c"était étrange... Mon ancien village n'est qu'à quelques kilomètres de celui où vit ma famille et pourtant j'avais l'impression d'être très loin, dans une bulle magnifique dans laquelle j'avais envie de rester emprisonnée. J'étais heureuse de partager tous mes souvenirs avec l'homme et avec ma grand-mère que je n'avais jamais emmené là. Quand nous sommes partis, elle m'a remercié de lui avoir fait découvrir tous mes petits "recoins secrets" si près de chez elle.

Ce matin, j'avais ma prise de sang. J'y suis allée sereine et pourtant... Est-ce à cause des souvenirs que j'ai remué hier? Est-ce parce que je suis allée à la rencontre de la petite moi qui rêvait de sa future vie, avec mari et enfants?

En arrivant au labo, le décor est planté : une des secrétaires pleure. Elle vient d'apprendre qu'elle est mamie. C'est idiot... Mais au lieu d'être émue par cette bêle annonce j'ai eu un pincement au coeur : je crois que j'ai réalisé que je ne serais peut être jamais mamie, que le rôle qu'à ma grand-mère dans ma vie n'aurait pas d'écho, qu'il s'évanouirait avec elle et mes souvenirs. Ma grand-mère ,si touchée par mon histoire depuis mon plus jeune âge, mérite aussi d'avoir aussi ces larmes de joie. Hier encore, en parlant de mon enfance, elle n'a pas pu se retenir. Ses si jolis yeux bleus se sont gonflé de sanglots plusieurs fois :

- "J'aimerais tellement que pour une fois ça soit facile pour toi".

Malgré l'agitation ambiante liée à la jolie nouvelle du matin : uns à uns, les infirmiers et biologistes se sont relayé pour l'embrasser, la féliciter, j'ai rapidement essuyé mes larmes de crocodile en salle d'attente, "JE VAIS BIEN". Oui je vais bien, mais j'ai eu mal... Car lorsqu'une femme enceinte est entrée en salle d'attente, ce sont de gros sanglots qui ont ravagé mon visage, et je ne pouvais plus rien y faire. Je ne pouvais pas me retenir, ni empêcher mes hoquets gorgés de larmes. Je n'aime pas perdre la face, mais là je vous avoue que c'était le cadet de mes soucis : j'en avais besoin. Je suis allée supplier une des secrétaires que l'on me prélève, et vite. Je sentais que j'étais attirée par la porte, j'étais capable de partir, comme quand je me suis enfuie après mon dernier curetage.

Dès que je suis sortie du labo l'orage était fini : mes yeux étaient secs, mais mon coeur battait vite et je me sentais bizarre. J'ai eu peur, très peur, de m'effondrer, d'avoir ouvert les vannes et de ne plus pouvoir les refermer. Même maintenant, quelques heures plus tard, je me sens encore un peu étrange, légèrement à vif... C'est étrange mais j'essaie d'accepter, de ne pas analyser et laisser les choses se faire. L'idée de me voiler la face en me disant que je vais bien, et finalement aller très mal, me terrifie. Peut-être parce qu'hier, une amie avec qui on a passé la soirée, nous a parlé d'une copine commune qui a fini par craquer après avoir eu l'illusion d'aller très bien pendant des semaines (suite à une séparation) : un matin, elle a été foudroyée par sa douleur en allant au boulot, a fait un malaise et a mis des semaines à se relever.

A 14h, le soulagement a atténué ce petit chagrin : 28ui. Je pense que la GEU peut définitivement être écartée. Quand je verrai un zéro je tournerai définitivement la page de cette fiv 2, de ma petite PMA, de mes rêves de ventre rond et de happy end en guimauve. Mais attention, le happy end j'y crois quand même, il sera juste un peu moins édulcoré que prévu... :-)

Rédigé par Carotte

Publié dans #fausse couche, #Etats d'âme

Repost 0
Commenter cet article

julys974 21/08/2014 21:03

Putain, je débarque !!! Je suis désolée ma si jolie Carotte de lire cette nouvelle. Ma longue parenthèse enchantée m'a fait rater de nombreux épisodes... Tes mots sont si touchants. J'ai moi aussi une maison de mon enfance, mais je n'y vais pas. J'ai sans doute moins de souvenirs que tu ne peux avoir. Ta grand-mère semble être une aussi belle personne que toi !! Et quelque soit le chemin et le temps qui te mèneront à ton enfant, cette vieille dame vivra toujours en toi et en tes futurs petits. Ils l'auront leur arrière grand-mère !! Je te souhaite de la douceur et des réponses. Que l'espoir revienne en masse dans ta vie !! Bisous.

Carotte 22/08/2014 19:18

Si un jour je suis aussi géniale que ma grand mère (ui manque cruellement de confiance en elle, les chiens ne font pas des chats!) j'estimerai que j'ai réussi ma vie!
Moi je suis contente que tu aies raté plein d'épisodes ça veut dire que ta parenthèse enchantée tu en profité à fond et tu le mérites tellement!
Merci pour ta douceur que je prends avec plaisir, ton optimiste et ton énergie aussi. Gros bisous Julys :)

ILGC 20/08/2014 17:49

Tu sembles être bien entourée Carotte par des personnes ou des membres de ta famille qui t'aiment et ça c'est si important !
Encore tout plein d'émotions que tu décris là et j'espère que malgré les mauvais souvenirs, retrouver TA maison t'a permis de te remémorer les bons.
Quel que soit le chemin, je ne doute pas que tu seras une maman formidable et plus tard une grand-mère formidable.
Bisous

Carotte 22/08/2014 19:16

Mes relations avec mes parents sont compliqués (mais j'ai la chance qu'ils soient toujours là) mais oui, en effet, que ça soit mes amis ou ma famille je me sens chanceuse aujourd'hui... alors que j'ai longtemps eu l'impression d'être profondément seule! C'est bizarre quand j'y repense... Bref ce qui compte c'est maintenant!
Ca me touche que tu me voies maman, et grand-mère... Je n'arrive plus à me projeter tout court (je m'arrête à mes prochaines vacances là) mais ça me réchauffe le coeur quand même, c'est le petit rayon de soleil qui m'a manqué aujourd'hui (parce que le ciel était tout gris chez moi :( ). Plein de bisous la plus belle <3

La Chouette 19/08/2014 15:52

Vivement Poissy et ses réponses!
Comme tes descriptions sont douces à mes yeux, comme elles sonnent vraies! Moi j'ai coupé les ponts avec la maison des premières fois et la maison du divorce, je n'ai pas ton courage.
Plein de bisous! (et honnêtement, plein d'admiration)

Carotte 19/08/2014 21:13

Comment ça mon message n'apparaît pas? J'avais lis des icônes rigolotes de mon iPhone et pour pastèque overblog censure tsss.
Bref je te disais que je n'allais pas te détourner pour ta première fiv (mais quand même puregon Leffe ça doit winner!!!!^^)

Carotte 19/08/2014 20:19

La Chouette 19/08/2014 19:33

Nan y parait qu'on a pas le droit de s'intoxiquer pendant la stim. Pfff

Carotte 19/08/2014 16:10

C'est plus difficile de couper les ponts que l'inverse (a mon sens). Quoi qu'il arrive la rupture quelle que soit sa forme est toujours un choc. Poissy c'est bientôt, on devrait se piquer en même temps (on se fait un apéro Leffe puregon?!). Merci pour ce gentil mot La Chouette....

Mishqui 19/08/2014 08:38

Après une bonne semaine "déconnectée", je reprends le fil de tes aventures et j'hallucine une fois de plus sur ton sort.. Dame Nature chercherait-elle à faire de toi l'héroïne du film champion du monde de rebondissements?? ...
Je suis vraiment désolée que tu aies eu encore à subir ça. J'espère très fort qu'une solution sera bientôt mise en lumière et que tu ne connaîtras plus que le bonheur!
Je pense fort à toi et t'envoie toutes les bonnes ondes que je peux

Ptbichon 19/08/2014 21:06

J'en ai créer un il y a un peu plus de 2 mois, j'avais besoin de m'épancher un peu. Je viens de migrer depuis peu sur WP. Si ça te dis dème lire je te laisse l'adresse. Combledesagefemme.wordpress.com
A bientôt.

Carotte 19/08/2014 16:08

Ça me fait rêver ça! Attends j'essaie : je veux 10 millions d'euros (bah oui tant qu'à faire), un corps de rêve sans efforts et un garçon et une fille! Alors alors, qui va frapper a mon bureau en premier? Le million, Christina cordula ou la cigogne?! ^^

Mishqui 19/08/2014 16:06

Vos désirs sont des ordres chère Carotte! (nouvel article publié)

Carotte 19/08/2014 11:11

Tu as avance dans tes recherches? Tu arrêtes quand le boulot? Je compte sur toi pour nous faire un bel article qui parle de tout ça!
J'ai fait bcp de ménage au fil des années mais hélas parfois des circonstances de vie font qu'une situation est douloureuse (comme le Labo) alors qu'en temps normal ça ne l'aurait pas été. Trop fantoche comme tu dis!!!
Je prends ton abrazo et moi je t'envoie plein de besos. Cuidate <3

Mishqui 19/08/2014 10:59

Oh oui que c'était bon!! aujourd'hui on rattaque les festivités avec mon premier rencart avec une gynéco toute neuve.. Le soleil brille, la journée sera bonne :)

Je pense qu'il faut effectivement arrêter ce qui te fait du mal. Il y a forcément une issue, le tout c'est de la trouver (pfff trop facile!)
Un abrazo

ptbichon8 17/08/2014 12:28

Bonjour Carotte,

Dans mon petit voyage à la découverte des blogs de pmette, tu est ma dernière étape en date. J'ai lue l'intégralité de ton blog et j'ai senti plus d'une fois mon coeur se serrait. Comment la vie peut s'acharner à ce point.
Bref, j'espère de tout coeur que Poissy t'apportera une vraie aide, et qu'un jour je lirai qu tu as provoquée des larmes de joies chez ta grand-mère-qui-n'en-ai-pas-une pour l'annonce de ta propre grossesse.
Ravie que la GEU soit écartée, que ton taux diminue. que tu puisse ensuite passer à l'étape suivante.
Bonne continuation et au plaisir de te lire.

Carotte 19/08/2014 08:47

Bonjour Ptbichon et merci de le lire (en entier qui plus est bravo!!). Je ne sais pas qui de la vie ou de nous sont les plus têtus dans l'histoire. Un peu des deux certainement.
Merci pour le happy end que tu le souhaites, on l'espère aussi mais différemment... Les voies de la Pma sont impénétrables! En tout cas pour nous! As tu un blog?
Au plaisir de te lire aussi :-)