Et si la cigogne était un métier elle serait....

Publié le 13 Avril 2014

Et si la cigogne était un métier elle serait....

Je regarde tranquillement la télé quand le gros titre du JT me frappe "100 jours de retard cumulés, 100 jours ça va lui couter cher". J'ai envie de dire "100 cycles de retard" si vous parlez de cette catin charmante cigogne, perverse joueuse dans mon cas, qui avec des airs de postières me laisse un test de grossesse positif un avis de passage et quand je me déplace retirer mon colis "oups non en fait c'est une erreur! Désolée pour le dérangement!" Donc oui, la cigogne pourrait être une postière un peu bigleuse, qui avise la mauvaise boite aux lettres, 7 fois de suite!!! Je ne vous dis pas ma tête si elle travaillait dans un point FDJ et m'annonçait, alors que je pensais avoir gagné le gros lot, que j'avais gratté la case "nul si découvert".... 7 fois de suite!!!

Et bien les 100 cycles jours de retard (apprenez la patience chers voyageurs, faites un arrêt en PMA!!!), c'est la SNCF finalement et ça va lui couter cher dit la gentille présentatrice du JT avec un grand sourire. Il est clair que même si j'adore les animaux, j'ai une folle envie de lui faire sa fête à ce volatile, de lui taper le scandale monumental que je n'ai jamais osé taper dans le bureau du gynéco qui me prenait de haut avec mes fausses inquiétudes, lui attacher les ailes et lui dire de réussir quand même à voler (ben oui c'est dans la tête) comme les gens maladroits qui me disent que c'est quand j'y penserai le moins que ça arrivera. J'aurais envie de lui plumer le croupion en public, comme celui de vador G, qui, au moment de me faire l'endo de contrôle, m'a regardée dans les yeux en me demandant de me détendre, pour que l'appareil rentre "tout seul". J'aurais envie de la secouer comme les relous gens bien attentionnés qui me disent que le cousin du voisin du mari de la boulangère du village de leur enfance n'avait aucune chance selon les médecins, ABSOLUMENT AUCUNE et puis que paf (pastèque?) pourtant il y a eu un miracle (façon détournée de dire que c'est dans la tête). Je pense très fort aussi à ceux qui te disent en permanence "Quand même avec les progrès de la science". Oui je sais, j'y mets vraiment de la mauvaise volonté... Quand je vois ce à quoi ressemble Cher aujourd’hui, je comprends leur perplexité

Maintenant que j'ai l'argument de choc de dire que j'ai une chance presque infime de mener naturellement une grossesse à terme (bien que oui, je tombe enceinte), on me répond quand même que c'est possible. Si tous les chômeurs arrêtaient de chercher du boulot en se disant qu'il y a une chance, même infime qu'ils gagnent à l'euro million, mais où irions nous ma pauvre dame?! ^^

Mais heureusement, la cigogne peut aussi être photographe, et m'offrir le cliché de ma vie, la fameuse échographie où l'on connait le sexe du bébé, et où l'on peut enfin recommencer à respirer après de semaines d'angoisse. Elle pourrait être vendeuse, et avoir droit à mes larmes au premier pyjama que j'ai toujours l'espoir d'acheter un jour... Pour mon enfant à moi, cette fois...

Elle pourrait aussi être un allié de poids, comme wonder B, le biologiste de l'extrême qui a explosé de rire le jour où il m'a expliqué le spermo de mon homme --> petit flashback: numération des zozos inférieure à la norme, mais éjaculat de 8 ml et moi qui lance, d'un naturel désarmant :

- Oui mais avec ce qu'il envoie, ça compense non?

....................................... Sur le coup moment de solitude extrême......................................

Elle pourrait finalement être une vraie bonne copine (comme j'ai la chance d'avoir...) et comprendre mon chagrin. Quand un enfant s'écorche le genoux, si le lendemain son genoux est recouvert d'une grosse croute, va-t-on l'engueuler en lui disant qu'il est vraiment trop nul à côté de la plaque parce qu'il n'a pas guéri? Parce que la PMA c'est, c'est une succession de gros bobos. Et comme tout bobo, pour cicatriser il faut du temps. Elle comprendrait que rien ne sert de me culpabiliser en me disant que je ne suis pas assez positive, que si je n'y crois pas, ça n'arrivera pas. Elle marquerait les silences nécessaires qui ne laissent pas place à cette culpabilité écrasante :

... C'est de MA faute...

C'est tellement facile d'acculer des gens qui souffrent déjà beaucoup ou comment enchainer un hadoken et un dragon punch alors que tu es presque déjà dans le coma.

... Mais aussi...

Elle pourrait être ma conscience et me raisonner en m'expliquant comment des malentendus réciproques creusent des fossés et font mal sans le vouloir. Elle me rappellerait que la maladresse est humaine et que c'est faire ce que je reproche aux autres que de la leur reprocher. Elle saurait me montrer que la lassitude des mêmes phrases et des mêmes exemples qui reviennent en boucle ont raison de ma patience... Et que si j'en veux à la terre entière, je suis aussi la première à me culpabiliser. Grâce à elle, je comprendrais que le regard des autres a un pouvoir incommensurable quand il renforce ce dont je suis parfois profondément convaincue : je le mérite.

Je n'aime pas l'amertume que la douleur à fait pousser en moi, et je me bats contre elle, contre moi tout en essayant d'être tolérante avec moi moi même pour espérer l'être tout autant avec les autres. Je suis tout et son contraire et, à force de tutoyer les extrêmes, je me perds. Ma plus grosse angoisse: lasser et perdre les gens que j'aime. Chaque critique, aussi maladroite soit elle, ne fait que renforcer ce sentiment.

Un proverbe juif dit : " On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes. "

Même si j'ai l'impression d'être lestée d'un poids énorme et de ne pas avancer, de ne pas construire, de ne pas être libre, j'ai toujours l'espoir, qu'un jour, je revienne avec un cliché magnifique, que j'achète un joli petit pyjama, que j'aille remercier mon allié de poids, Wonder B, avec une grosse boite de chocolat et que je pleure de bonheur dans les bras de mes vraies bonnes copines. Car tout ce dont je rêve, c'est justement d'offrir à un (ou des...) petits nous, des racines... Et des ailes....

Les 100 cycles de retard, c'est fait et même si j'espère qu'il n'y en aura pas 100 autres, j'attends patiemment sur le quai de la gare que ça soit mon tour.

Alors si la cigogne pouvait simplement être une cigogne, ça serait parfait.

Rédigé par Carotte

Publié dans #Etats d'âme

Repost 0
Commenter cet article

La Chouette 14/04/2014 22:49

Ouai, faudrait qu'elle finisse correctement son boulot pour une fois, celle là...
(et j'ai pas compris, tu comptes lui offrir une boite de chocolat? ^^ )

Carotte 15/04/2014 06:31

Pas à la cigogne à wonder B! Dans ma région y'en a plein : au début j'étais émue (et naïve, est-ce un signe) puis super en colère. Maintenant je ne les vois même plus ^^