FIV ICSI #1

Publié le 22 Mars 2014

FIV ICSI #1

C'est le 18 février, le lendemain de mon anniversaire, que les vilaines débarquent enfin. Quand on les attend, elles aiment se faire désirer c'est un comble!!! Je commence mes injections de puregon version mini pouce à 100ui et ça fait bien moins mal que dans mes souvenirs.

Pour cette première fiv, on a mis le paquet : arrêt maladie, acupuncture, ostéopathie, kinésiologie, copines... Et petit bonus non négligeable le soleil fait son grand comme back! Je me sens étrangement zen, sereine, positive et je compte bien en profiter jusqu'au bout. Comme l'avait prévu Super G, je réagis très bien aux stimulations : mon taux d'oestradiol monte en flèche, mes ovaires se remplissent tellement que j'ai l'impression que c'est pâques à l'intérieur. Je prie très très fort pour que bientôt ça soit aussi Noël dans mon utérus...

C'est Vador G qui me fait une grande partie de mes contrôles, à mon plus grand bonheur. Il est froid, ne me dit rien et semble ne pas se souvenir de moi. Super G est en vacances et me fera mon dernier contrôle, un peu amer : Vador G a selon lui trop attendu pour me déclencher, je suis au bord de l'hyperstim et a aussi oublié de me dire d'arrêter l'aspegic, ce qui selon Super G, est un motif de plus pour annuler la ponction. "Mais je ne vous ferai pas ça, on y va pour le 6 mars. ET ARRETEZ L'ASPEGIC!".

Le 6 mars, je retrouve ma clinique préférée où j'ai désormais une carte de fidélité. C'est la troisième fois en un an que je me retrouve au service ambulatoire, un peu honteuse de m'être enfuie après mon curetage....

Je mets mon habit de schtroumpfette et laisse mon homme partir donner ses meilleurs zozos pour créer nos mini nous. J'angoisse, c'est ma 4ème AG en un an... Les brancardiers, qui me connaissent bien maintenant, me traitent comme une princesse et font ce qu'ils peuvent pour me faire rire. L'infirmière en salle de réveil est douce et rassurante. C'est un peu plus détendue que je vais dans la salle de ponction, où l'on m'attache (si si...) et on me met sous oxygène. Je respire profondément par le ventre et je me rends compte que c'est une très mauvaise idée quand on est sous oxygène... Je m'endors très vite, pleine d'espoir.

Super G vient m'annoncer dans ma chambre qu'ils ont récolté 15 ovocytes murs "bien plus qu'il n'en faut!". Il m'annonce aussi fièrement que j'aurai mon transfert sous hypnose comme je le souhaitais et que c'est programmé pour le 8 mars : la journée de la femme, quel programme!

Super G m'explique que le labo n'appelle que s'il y a un problème. Le 7 mars je chantonne à chaque fois que je regarde mon portable : pas d'appel en absence!

Le 8 mars, on se réveille comme des fleurs, sur notre nuage, on ne réalise pas, on y est, ENFIN! Sur le chemin de la clinique, un peu tendus mais heureux, on parle de nos futurs enfants... Dans la salle d'attente, pour la première fois on fixe les faire part de naissance et on parle prénoms. On y croit tellement fort... Et on nous appelle, c'est notre tour, enfin...

C'est un parti pris que de ne pas penser au pire, après tout, ça change quoi?

Le biologiste : "Bonjour Mr et Mme Naïfs, je suis le biologiste. (mais où est wonder B? Je suis un peu déçue). Nous avons pu micro injecter 13 ovocytes et nous avons obtenu 13 embryons.

Je ne peux pas cacher ma joie, 13 embryons, c'est super!

Mme naîve : Whaou mais c'est génial!

Le biologiste : Euh non ça n'est pas génial (et je sens qu'il est très mal). En fait, oui on était contents et puis ce matin... 11 embryons se sont très fortement dégradés, on ne peut pas les congeler. Il y en a deux très beaux en revanche et je vous propose, si vous êtes d'accord, d'en transférer deux".

Super G regarde le papier que le biologiste tient dans la main, son prompteur à mauvaise nouvelle. Il est dépité. Il a le même regard dépité que lorsqu'il a appris ma GNE à 8 SA. Il l'apprend en même temps que nous, je le sens surpris et mal à l'aise.

Dans ma tête tout se mélange : FIV 1 pliée, pas de tec, deux embryons, 11 à la poubelle, 11 très abîmés, 80% de perte, 7 FC à ce jour, 1 chance sur 7...

Des larmes silencieuses coulent sur mes joues, et mon homme, impuissant sur son petit tabouret, essaie de les effacer, de me consoler, mais lui aussi, il est plein de chagrin, je le sens... L'hypnose était une très bonne option finalement, ça me permettra de me détendre, de penser à nos deux warriors et à y croire. Si ça ne fonctionne pas, j'aurai suffisamment le temps de pleurer plus tard.

Super G prend le temps de parler avec nous et comme pour mon curetage, me caresse le bras, le regard bienveillant, parce qu'il comprend, je pense, qu'on accuse le coup et que même si ce qu'il vient de se passer est un espoir énorme, le pouvoir du désespoir est aussi très grand.

Les 12 jours qui me séparent de la prise de sang passent à la vitesse de la lumière. J'ai l'impression d'avoir des symptômes les 4 derniers jours et je commence à avoir peur. Peur de l'échec, peur de tout recommencer... Mais l'espoir reprend le dessus, j'ai envie d'y croire jusqu'au bout...

20 mars : Journée internationale du bonheur. Avec un tel symbole, nous sommes plein d'espoir et nous y croyons très fort. Je demande à mon homme d'appeler le labo pour savoir, parce que moi j'ai peur. Il m'annonce, heureux, que c'est positif "mais en revanche ils disent qu'on a fait la prise de sang un peu tôt parce que le taux n'est que de 8UI".

Mon cœur s'est emballé une fraction de seconde pour se briser aussi vite. C'est mort, c'est fini le rêve s'arrête. J'aurais préféré un négatif, mais là, ce taux, bâtard, c'est la vie qui me rappelle que oui, les HCG positifs, je connais mais pas (encore) les happy end. Cette prise de sang n'était pas celle de la PMA mais celle de mon généraliste.

Après avoir pleuré, beaucoup, j'ouvre mon tiroir à bonbons : cortisone, progestérone, aspegic, provames.... Je vais tout mettre dans une boite, cachée, loin. Ca ne sera pas pour cette fois, mais ça sera pour la prochaine. Une boite cachée ça n'est pas une poubelle.

22 mars : C'est la mort dans l'âme, au milieu de toutes les femmes qui viennent doser leur taux d'oestradiol, je fais ma prise de sang officielle. Mon taux est à 22ui...

En mon fort intérieur j'ai très envie de croire que c'est une grossesse biochimique... Pour garder espoir... L'espoir qu'un jour, ça fonctionnera...

Rédigé par Carotte

Publié dans #PMA, #grossesse biochimique

Repost 0
Commenter cet article

delphine 18/01/2017 11:52

Bonjour,
Je suis passée par le parcours PMA et j'ai écrit un témoignage, que je vais publier en ebook, pour pouvoir le diffuser au maximum. Trop tabou encore tout ça, je trouve....
Mon parcours se termine bien, après 4 ans de lutte et de traitements. Dites moi si vous pouvez insérer le lien sur votre blog! Je vous tiendrai au courant de la sortie, dès que j'ai pu finir le travail de mise en page.
Et puis dites moi où vous en êtes....si vous le voulez?

Carotte 18/01/2017 12:53

Bonjour Delphine. Je suis désormais une jeune maman, ma 5ème fiv aura été la bonne. En revanche ce blog n'est plus "actif". Je croise fort pour vous...

Une bloggeuse FIVETTE 30/03/2016 17:59

Bonjour, ou en etes vous dans votre parcours FIV

Carotte 18/01/2017 12:54

Bonjour, je découvre votre commentaire aujourd'hui... Le lendemain de votre commentaire une fiv a fait de moi une très heureuse maman...